Fêtes de fin d’année 2017

Je vous souhaite à toutes et à tous d’excellentes fêtes de fin d’année ! A l’année prochaine …

 

Publicités

Et maintenant ?

L’élection d’hier n’a pas permis de désigner un nouveau président pour l’UPEC, ce que je regrette compte tenu des enjeux des prochains mois (évaluation HCERES, négociations des capacités d’accueil, préparation de la rentrée, nouvelle vague PIA, etc.).

Avec la majorité des membres de l’équipe présidentielle, nous avions décidé de présenter une candidature. Il nous semblait naturel de proposer au CA une équipe expérimentée, ayant une parfaite connaissance des dossiers en cours ou à venir, surtout à un moment aussi compliqué pour l’université. Cela aurait permis de poursuivre les travaux engagés par l’équipe depuis 20 mois, avec des délais de transition réduits au minimum, la nouvelle équipe aurait été opérationnelle dès le début de l’année 2018. Le message du CA a été clair dès le premier tour, puisque toutes les autres candidatures ont obtenu plus de voix. Face à cette volonté de changement manifestée par les membres du CA, j’ai décidé de me désister, sans donner aucune consigne de vote, à l’issue du premier tour.

Les trois autres tours du CA du 22 décembre n’ont pas permis de départager les trois autres candidats. Le CA semble plus divisé que jamais et aucun candidat ne semble, pour le moment, faire consensus. Il y a pourtant urgence. Une nouvelle élection est prévue le 19 janvier 2018 ; j’espère qu’une majorité pourra se dégager au CA et qu’un nouveau président sera élu. En attendant, je reste mobilisé avec l’équipe présidentielle pour assurer le bon fonctionnement de l’UPEC. A suivre…

 

Toujours pas de nouveau président

Le CA de l’UPEC s’est réuni à partir de 9h30 ce matin afin de procéder à l’élection d’une nouvelle présidente ou d’un nouveau président. Malgré 4 tours de vote et plus de 7 heures de séance, aucun candidat n’a réussi à rassembler les 17 voix nécessaires à son élection.

En tant que président par intérim, j’ai signé un nouvel arrêté en fin de journée afin d’organiser une nouvelle élection le vendredi 19 janvier 2018 à 9h30.

L’ensemble de l’équipe présidentielle reste mobilisé pour assurer la continuité du service et le bon fonctionnement de l’université jusqu’à l’élection du 19 janvier.

 

Préparer la rentrée

En L1, l’UPEC accueille à cette date 8790 étudiants. La variation est de + 366 étudiants (+5%) par rapport à 2016 ce qui représente l’équivalent de 11 groupes de TD. La population de néobacheliers est globalement stable (+17). La variation la plus forte (+315 sur les +366) concerne les étudiants en réorientation, ce qui signifie que l’UPEC a joué un rôle d’accueil solidaire face à une population déjà présente dans le supérieur mais en errance dans la région académique.

Ces variations ont été subies par l’UPEC à moyens matériels et humains constants. Seuls le dévouement et le sens du service public de ses personnels ont permis jusqu’ici à l’université d’assumer ses missions, dans des conditions très difficiles.

Yann Bassaglia, vice-président CFVU

En effet, l’UPEC est aux limites de ses capacités d’accueil depuis plusieurs années et, dans les conditions actuelles, elle n’est pas en mesure d’accueillir une population plus importante. L’augmentation d’effectif de cette année affecte la qualité des enseignements. L’UPEC a réagi en assurant une campagne de communication, une alerte aux tutelles lors de la transmission sincère des effectifs, une demande de créations de postes (un rendez-vous est prévu à la DGESIP début janvier et des négociations sont en cours avec le rectorat pour les filières en tension). Elle prospecte activement depuis un an sur le plan patrimonial pour développer ses surfaces hors campus centre (qui est saturé et dont la localisation ne permet pas d’envisager un accueil supplémentaire).

Le « Plan étudiant » annoncé par le Gouvernement bouleverse les parcours des étudiants, de l’orientation à l’obtention du diplôme. Il est difficile de prévoir à l’heure actuelle son effet sur les stratégies d’inscriptions des élèves, d’autant que les conditions de mise en place de ce plan sont pour le moins précipitées. Notre principale préoccupation sera de le mettre en œuvre de manière équilibrée, concertée, et surtout d’accompagner les étudiants tout au long du processus avec pour principe une amélioration continue de l’orientation et de la formation.

 

Vie étudiante

L’UPEC bénéficie d’une vie étudiante foisonnante qui doit être encore encouragée. Nous renforcerons ainsi la démocratie universitaire en associant la CFVU en amont de tous les projets impactant les conditions de vie et d’études et par l’élaboration concertée d’un schéma pluriannuel de vie étudiante.

Si des espaces mutualisés ont déjà été mis en place, nous devons veiller à ce que les conditions de vie de nos étudiants, leurs aspirations et leurs projets prévalent dans la mise en œuvre des futures réformes. Les conditions de vie et d’études sont une clé de la réussite. Sur chaque site, nous aurons à cœur de les améliorer. Au cours des deux prochaines années, nous nous engageons ainsi à proposer sur chaque site une solution de restauration de qualité et adaptée au budget des étudiants. Nous renforcerons l’accompagnement de leur santé en recréant une nouvelle chaine de suivi. Nous développerons de nouveaux services aux usagers pour permettre une meilleure appropriation des outils à leur disposition. Nous poursuivrons la modernisation des locaux et nous lancerons une grande consultation sur la rénovation de la dalle.

L’origine sociale comme géographique de nos étudiants est variée. Beaucoup d’entre eux ne bénéficient d’aucun accompagnement personnel ni d’aucun réseau pour les soutenir. En créant un réseau des anciens de l’UPEC, nous voulons que des liens étroits puissent se tisser entre ceux qui étudient à l’UPEC et ceux qui l’ont quittée pour la vie active et ainsi donner à tous des appuis et impulser des opportunités mutuelles.

Notre rôle c’est aussi de relayer leurs besoins auprès de l’ensemble de nos partenaires et collectivités : en termes de transports en prenant part aux négociations autour du Grand Paris Express, en termes de logements en agissant auprès des pouvoirs publics et du CROUS.

Vers des partenariats FTLV, recherche et insertion

La multidisciplinarité de notre université basée sur la diversité et les compétences de nos composantes est une richesse à mettre en commun avec nos partenaires. Dans ce cas, l’université se nourrit alors de problématiques et de sujets qui lui sont proposés et l’amène à imaginer et créer l’avenir. La vision partenariale est donc transversale. Elle associe la Recherche, la formation tout au long de la vie (comme la formation continue), l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat.

Eric Léonel, assesseur FTLV, partenariats économiques et institutionnels

Les partenariats engagés durant les 20 derniers mois du mandat d’Olivier Montagne se sont inscrits, dans un premier temps, dans la consolidation et le renouvellement des partenariats existants de manière à rendre l’UPEC encore plus visible dans le paysage francilien et national mais aussi l’inscrire dans une relation étroite avec le tissu socio-économique. Le renouvellement du partenariat avec BNP Paribas a été pour notre partenaire comme pour l’UPEC imaginé, ensemble, autour de l’innovation, de la recherche, de la formation tout au long de la vie, de l’international et des métiers de demain. L’ouverture de la Maison de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Etudiant (MIEE) en octobre 2016, et son déploiement qui a suivi, a permis de réaffirmer une démarche d’encrage forte de l’UPEC sur son territoire en lien avec l’établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir, le Département du Val de Marne, la ville de Créteil mais aussi le CFA Sup2000, Valophis Habitat et Residétapes, la Caisse des Dépots, la Région IdF et l’Etat. Travailler de concert, ensemble, pour la maison de l’innovation et de l’entrepreneuriat étudiant de l’UPEC pour développer une approche entrepreneuriale forte, conduit à faire converger vers l’université les énergies de chacun au bénéfice des étudiants et partenaires. De plus, L’UPEC a souhaité s’ouvrir à tous en diffusant les connaissances en créant « les rendez-vous de la MIEE », conférences thématiques, sur les grandes problématiques sociétales et d’actualité.

Les partenariats s’établissent aussi au bénéfice des actions du service public. C’est ainsi que naturellement l’UPEC a participé à la création du GIP de la cité des Métiers du Val de Marne. Avec la Cité des Métiers du Val de Marne, l’UPEC est aussi membre du service public régional de l’orientation et revendique cette politique au service de l’étudiant comme du lycéen. L’UPEC est aussi impliquée dans le conseil d’administration de l’école de la 2ème Chance du Val de Marne qui contribue à la réinsertion de jeunes qui ont rencontré des ruptures forte dans leur parcours de vie et de formation.

Dans un second temps, l’UPEC a souhaité se rapprocher des territoires. C’est ainsi qu’à travers la relation avec les établissements publics territoriaux, l’UPEC est associée sur des actions liées à l’entrepreneuriat avec Grand Paris Sud Est Avenir mais aussi avec l’EPT Grand Orly Seine Bièvre comme avec la Comue au sein du dispositif PEPITE. C’est aussi dans cette logique territoriale que se sont noués les deux nouveaux partenariats avec SUEZ d’une part mais aussi avec ENEDIS d’autre part.

Des conférences territoriales ont été réalisées avec les élus du territoire et seront poursuivies avec les partenaires socio-économiques. Ce sera le moyen de concrétiser et mettre en œuvre des projets ambitieux. La transformation numérique, les enjeux sociétaux sur la santé et l’environnement seront, entre autre, des thèmes abordés avec nos partenaires.

Politique scientifique

Depuis 20 mois, nous avons mené une politique ambitieuse de soutien à la recherche en accompagnant les chercheurs dans le montage de projets scientifiques de haut niveau, en maintenant la politique de soutien aux investissements recherche, en apportant un soutien financier aux laboratoires grâce à des dotations de fonctionnement équilibrées et élaborées dans la transparence, et en menant une campagne d’emploi visant à maintenir les capacités de recherche de nos laboratoires.

Cette politique a abouti à de récents succès, notamment dans le cadre des domaines d’intérêt majeur (DIM) de la Région et de l’appel du président de la République « Make Our Planet Great Again » qui confirment que l’UPEC est une université de recherche de haut niveau, attractive et visible au niveau national et à l’international.

Bénédicte Picquet-Varrault, assesseure recherche

Nous souhaitons poursuivre cette politique de soutien à la recherche en maintenant les moyens actuels mais également en donnant aux enseignant-chercheurs de l’UPEC de nouveaux moyens pour les aider à construire des projets pluridisciplinaires au sein des axes stratégiques.

S’agissant de la COMUE et de ses membres avec lesquels nous souhaitons continuer à travailler sans que cela ne soit toutefois exclusif, nous maintenons l’idée que le pôle Santé & Société doit être élargi aux sciences de l’environnement qui sont indissociables des questions de santé publique, et que l’environnement fasse alors le lien entre le pôle « Santé – Société – Environnement » et le pôle « Ville, Environnement et leurs ingénieries ». L’UPEC doit continuer à s’inscrire dans les deux pôles de la COMUE et leur interface, et à animer avec ses partenaires – parmi lesquels l’ENVA et l’ANSES – le nouveau pôle « Santé – Société – Environnement ».